Centre d’Etudes et de Recherches en Administration Publique

Accueil du site - Ethique 2 - De certaines pratiques de ressources humaines comme outils de prévention de la corruption

1. Constat

La corruption est une réalité. Mais son importance varie en fonction des Etats et des types d’organisation. Même là où la corruption n’est pas problématique, le risque que celle-ci se développe n’est pas à exclure s’il n’est pas contrôlé !

Par ailleurs, le discours est souvent paradoxal : Dire qu’il faut lutter contre la corruption et ne pas appliquer correctement les mesures !

2. Difficultés

La définition de la corruption n’est pas claire. Où sont les limites ? Il y a diverses visions ! C’est le même constat en ce qui concerne l’intégrité !

D’où l’importance, de déterminer une politique d’intégrité qui comprend : définition du concept, publics à cibler, stratégie à suivre, mécanismes d’évaluation….

3. Approches

3.1. Avant toute intervention, un certain nombre de facteurs critiques de succès doivent être remplis, à savoir (non exhaustifs) :

- Une culture appropriée et basée sur des valeurs telles que : ouverture, transparence, rendre compte, responsabilisation, confiance…

Pour faire évoluer la culture dans le sens souhaité, les leviers suivants doivent être actionnés : adaptation des règles de fonctionnement, élaboration d’un code de déontologie, communication, mécanismes objectifs de sélection…

Problèmes rencontrés dans les pays où la corruption est importante : sélection subjective, faiblesse de la communication interne, imputation de la responsabilisation de la corruption à l’individu et non au système…

- Un salaire minimum décent pour le fonctionnaire

3.2. Modes d’action : Stimulant et Contrôlant

Les deux modes doivent être combinés (complémentarité). De nombreuses organisations se situent encore dans le schéma contrôlant. De plus en plus, de nombreuses études insistent sur la nécessité de privilégier l’approche stimulante.

Les pratiques RH se situent dans le domaine de l’approche stimulante. Parmi les pratiques ayant un effet sur la prévention de la corruption figurent :

-  Formation (base, continuée et spécialisée)
-  Communication (interne, externe, publicitaire…)
-  Evaluation du personnel
-  Gestion des carrières
-  Exécution des activités (Briefing…)
-  Management par objectifs (MBO)

L’élaboration de règles, le contrôle interne, la discipline…relèvent de l’approche contrôlante.

Etude des avantages et risques liés à la mise en œuvre du système MBO couplé à une rémunération fonctionnelle, elle-même liée au système d’évaluation !

4. Conclusion

La prévention de la corruption est un processus. Conséquences : il doit être redynamisé en permanence et chaque action entreprise comporte des avantages et des limites.

Dans une approche systémique, c’est la mise en synergie des actions qui donne lieu au changement.

Pièces jointes