Centre d’Etudes et de Recherches en Administration Publique

Version intégrale sur revues.org

Résumé

Au mois d’août 2014, le ministre français de l’économie déclarait, à propos de mesures budgétaires et de doutes émis sur le bien-fondé des 35 heures, qu’il n’était « pas interdit d’être de gauche et de bon sens ».

S’agissant de l’affectation de ressources publiques, les notions de bon sens et de sens commun semblent extraites du débat, contraires à la possibilité de choix. Ce travail nous permettra de – très partiellement – traiter la question du sens commun et de ses diverses acceptions.

Pour ce faire, nous soulignerons l’importance des éléments de discours dans la présentation des plans d’austérité ou de rigueur d’un nombre limité de gouvernements. A travers les thèmes, classiques en sociologie, de justification, nous chercherons à établir une qualification des registres argumentatifs utilisés. La prétention à une causalité évidente, entendue de tous, nous permettrait presque d’entreprendre un départ de logicien : quelles sont les prémisses à une décision présentée sous la bannière du sens commun ?