Centre d’Etudes et de Recherches en Administration Publique

Autres articles de cette rubrique

Recherche

Accueil du site - Revue Pyramides - Numéros parus - Pyramides n°17 - Les réformes de l’administration vues d’en bas - Volume I - Les réformes au prisme de l’autonomie et du contrôle des agents publics de base : le cas de la politique suisse du chômage. Aurélien Buffat

Version intégrale sur revues.org

Résumé :

Cet article se propose de réfléchir aux réformes de l’administration en étudiant ce qu’elles deviennent au niveau des agents publics de base ou ‘street-level bureaucrats’. Si la littérature qui leur est consacrée a jusqu’ici mis en avant à la fois l’autonomie décisionnelle de ces acteurs ainsi que les stratégies de contrôle de celle-ci, nous proposons ici de revisiter la problématique de l’autonomie et du contrôle à ce niveau en rendant compte de la manière dont elle est affectée par les réformes de « nouvelle gestion publique » d’une part, et les « nouvelles technologies de l’information et de la communication » d’autre part. Pour ce faire, la partie empirique présente les résultats préliminaires d’une recherche de l’auteur portant sur un type d’agent public aux premières lignes de la mise en œuvre de la politique suisse du chômage, à savoir les taxateurs d’une caisse cantonale d’indemnisation, laquelle fonctionne selon une logique « néo-managériale ». Les données analysées montrent que si les éléments du dispositif NGP/TIC (NDLR : une liste des acronymes se trouve en fin d’article) conduisent globalement à un renforcement considérable du contrôle hiérarchique et organisationnel d’une autonomie qui reste néanmoins importante, ceci s’accompagne également de modes d’appropriation spécifiques et intéressants dans ce qu’ils ont d’inattendu, de créatif voire de subversif au niveau des agents sur le terrain.